Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

« Une femme aimée » de Andreï Makine

« Une femme aimée » de Andreï Makine

Andreï Makine est un écrivain franco-russe…

« Une femme aimée » nous raconte la vie de la Grande Catherine par l’intermédiaire d’un jeune cinéaste, Oleg Erdmann qui a envie de faire un film sur la véritable histoire de cette tsarine. Et l’on va se retrouver emmener dans ses recherches, ses déboires et partager ses doutes.
Sous une toile de fond de la Russie des années 80 jusqu’à la chute du mur de Berlin et la Perestroïka, nous suivons le parcours et la vie de ce cinéaste qui n’aura de cesse que de vouloir rétablir une certaine vérité sur cette grande femme dont on ne met en avant que ses frasques amoureuses.

« Une femme aimée » est, pour commencer, l’histoire de la grande Catherine, cette jeune fille allemande qui deviendra tsarine de Russie en épousant Pierre III, qu’elle fera assassiner pour prendre le pouvoir, contemporaine de Louis XV puis de Louis XVI.
Au fil du roman, il se construit et reconstruit le scénario en même temps, la découverte de la vie de Catherine II, une femme puissante et influente de son époque la Russie du XVIIIè siècle. Puis, petit à petit, on s’éloigne pour se concentrer sur Oleg, jeune cinéaste d’origine allemande qui souhaite effacer les vieux clichés que l’on colporte sur la tsarine et rétablir l’image de la Grande Catherine. Il ne sera pas le réalisateur de son film et devra se battre pour imposer ses idées. Nous partageons ses pensées profondes et ses questionnements.
Le narrateur nous plonge dans la nouvelle Russie, qui après le socialisme flirte avec le capitalisme. Cette période faste a des conséquences positives et lui donne l’opportunité de relater l’histoire de la Grande Catherine sur le petit écran. Arrivera-t-il à faire le film qui montrera la femme de cœur qui a su aimer et être aimer ? Jusqu’où devra-t-il aller sans toucher son intégrité ? Catherine sera-t-elle toujours cette nymphomane populaire accumulant les amants ?

J’ai bien aimé l’écriture de Andreï Makine. Je ne suis pas une grande connaisseuse et je n’ai aucune prétention mais je suis sensible à la rédaction des textes et au style.
Il n’y a pas que l’histoire qui me touche mais la manière dont s’est rédigé me sensibilise. Mon imaginaire est mis à contribution et la visualisation des descriptifs bien fait me donne une grande satisfaction. Ce n’est pas toujours facile de dire ce que l’on ressent. J’ai du plaisir à lire et je suis admirative. Je parle en générale. Parfois, je trouve dommage que certaines traductions ne soient pas à la hauteur de la narration. J’ai le sentiment d’un décalage avec l’histoire qui est riche et une pauvreté dans le vocabulaire. Je n’aime pas trouvé, non plus, des erreurs de syntaxe ou une faute d’orthographe, c’est comme un cheveu dans la soupe… Je m’égare…

« Une femme aimée » de Andreï Makine

Evelyne 20/03/2013 15:53

Je l'emprunterai à la médiathèque car je l'ai vu à La Grande Librairie et tu me le rappelles. J'ai lu "Lettre à un inconnu" de lui et je suis d'accord avec toi, la lecture c'est du ressenti pour moi aussi, je n'aime pas trop faire une critique de livre et puis quelquefois je dis ce que j'ai à dire comme ça... gros bisous Laurence, aujourd'hui j'ai la quinte tu comprendras demain ^^ Bonne après-midi :)

Laurence 20/03/2013 19:21

C'est vrai parfois j'entends parler d'un livre après je me dis que ça me plairait de le lire et puis j'oublie...^^ Impatiente du demain ! Bonne soirée, bisous